Retour sur l’évènement de clôture de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole »

Retour sur l’évènement de clôture de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole »
17 avril 2019 L'ESPER

Le 3 avril 2019, L’ESPER, l’OCCE et Coop Fr ont organisé un temps de clôture de l’édition 2019 de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole », au siège de la MGEN, avec pour objectifs de présenter les premiers chiffres, quelques réalisations et prendre de la hauteur sur la thématique de l’Education « à et par l’ESS ».
80 personnes ont participé aux deux tables rondes qui ont rythmé cet après-midi, animé par Isabelle BIZE.

  • Table ronde : Retour sur les initiatives de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole 2019 » 
  • Table ronde :« En quoi l’Education des jeunes aux valeurs de la République, est un enjeu démocratique ?»

Véronique BARAIZE, Déléguée Générale de l’OCCE et Présidente de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole » a présenté en introduction les premiers chiffres provisoires des initiatives menées à l’occasion de la « SESSE 2019 » : Près de 200 initiatives et 8 000 élèves engagés … Des chiffres en augmentation par rapport aux deux premières éditions.

Bertrand SOUQUET, Président de L’ESPER, a insisté quant à lui sur l’importance d’agir ensemble sur la thématique de l’Education à l’ESS, de réunir un maximum d’acteur engagés et d’être ambitieux pour et avec la jeunesse.

Retour sur la table ronde retour sur les initiatives de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole 2019 »

Quatre étudiantes en BTS communication au lycée Curie-Corot de Saint-Lô (50), sont venues présenter un projet d’année conclu par l’organisation d’un forum des métiers de l’ESS qui s’est tenu à l’occasion de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole ». Les étudiantes à l’origine de la démarche sont revenues sur les origines du projet et leurs découvertes de l’ESS, insistant sur l’importance de l’enseignement de l’ESS par la pratique et le témoignage. Ce projet leur a permis de découvrir des entreprises du territoire et des métiers dans l’ESS, offrant des perspectives d’emploi et d’engagement.

Des représentantes des « PEP 94 » ont présenté une démarche d’éducation aux médias entreprise par l’association auprès de collèges de leur territoire. Cécile GARCIA BARROS, chargée des actions éducatives, a insisté sur l’importance de travailler avec les jeunes et de réfléchir avec eux sur les enjeux sociaux et sociétaux, de les sensibiliser aux médias et de leur permettre de se questionner sur leur usage. Concrètement, 63 élèves de 2 établissements se retrouvent chaque semaine sur la pause méridienne, pour échanger sur l’actualité, analyser les sources d’information et créer un média coopératif. Ils sont accompagnés dans une démarche éducation populaire et d’émancipation individuelle et collective.

Dans son témoignage, Laurélie, volontaire en Service Civique avec les PEP 94, a insisté sur la prise de confiance en eux des élèves, l’épanouissement et une meilleure intégration de chacun. « Tout le monde ne peut pas faire la même chose dans un projet, on se complète, on coopère ».

L’apport des volontaires en service civique : une meilleure connaissance des jeunes, un regard différent : investissement des volontaires en foncions de leurs envies, compétences et appétences

Laura : travaille sur 2 collèges différents (saint maurice) ; apport de technique et méthode d’animation + épanouissement personnel grâce aux contacts et aux liens avec les jeunes : guides, apprentissage de nouvelles choses.

Anis FARAHAT, enseignant d’économie gestion Lycée VOILLAUME à Aulnay-Sous-Bois (93), a présenté la mise en place d’un « ESS’CAPE GAME« , à l’occasion de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole ». Il a proposé un outil ludique pour enseigner, à travers le jeu, l’ESS inscrite dans les programmes. Anis FARAHAT a notamment insisté sur l’intérêt de recourir au jeu, outil pertinent pour transmettre des connaissances et l’intérêt fort des élèves pour l’éducation à la citoyenneté. « L’élève doit être acteur de son apprentissage, l’approche descendante ne fonctionne pas. »

En guise de conclusion, Roger CRUCQ, Président des Autonomes de Solidarité Laique et Membre du Bureau de L’ESPER, a fait part de son émoi : « vous mettez en pratique les éléments dont nous débattons dans nos instances. je viens de vivre une heure de pur bonheur », faisant échos ici aux interventions. Pour Michel CARON, Président de l’ALEFPA, les témoins insistent sur la découverte de l’ESS avec brio, sur les principes de « Responsabilité collective, envie d’apprendre et de joie de faire ensemble ».

  • Table ronde : « En quoi l’Education des jeunes aux valeurs de la République, est un enjeu démocratique ?

Omar DIDI, Président du MAG et intervenant au nom du Forum Français de la Jeunesse (FFJ) est revenu sur son parcours et ses motifs d’engagement, qui l’ont poussé à prendre des responsabilités et agir contre les discriminations, notamment la « LGBT phobie ». En tant que responsable d’une organisation de jeunes, gérée et animée par des jeunes, il a insisté sur l’importance de la formation entre pair et la nécessité d’impliquer les jeunes dans le débat public, tout en leur donnant la parole. « Pour parler des jeunes, il faut s’adresser aux jeunes ».

Le sentiment est que les jeunes ont envie de s’engager et de s’informer, que des causes sont porteuses, même si les formes d’engagement évoluent. Des éléments paradoxaux et positifs doivent nous porter. Les jeunes en 2018 avaient une vision positive de leur futur, même si d’après l’INSEE, les jeunes les plus touchés par la pauvreté. Pour Omar DIDI, il faut encourager et permettre aux jeunes de rejoindre les collectifs, d’agir contre les inégalités à travers des actions audacieuses, notamment dans les politiques de jeunesse, même si sur un certain nombre de question, la France semble en avance sur d’autres.

Laura et Laurélie, Volontaire en Service Civique au sein des PEP 94, ont témoigné de leur engagement auprès de l’association des PEP 94, à travers un « volontariat en Service Civique ». Toutes deux ont insisté sur leur découverte de cette notion « d’engagement », de don de soi et de faire avec l’autre. Elles ont insisté sur une expérience fondatrice, qui constitue à la fois une première expérience marquante d’engagement pour les autres. Cette expérience constitue une étape clé dans leur parcours de vie entre deux périodes d’étude, mais elle est surtout vectrice d’émancipation et de prise de confiance en elles.

Jean-Marc HUART, Directeur de la DGESCO est intervenu en tant que représentant de l’Education nationale, insistant sur l’envie et les enjeux pour l’institution de travailler avec les partenaires de l’Ecole, comme ceux de l’ESS, sur la thématique de l’Education à la citoyenneté. Pour Monsieur HUART, nous devons collectivement rendre conscience que les jeunes ont envie de s’engager et répondre à cette envie. Les notions d’engagement et de citoyenneté sont transversales à l’Ecole, à travers la devise de la République « Liberté, Egalité, Fraternité ». L’Education à l’Economie Sociale et Solidaire est une des réponses, dans un contexte où l’Education à la Citoyenneté est une priorité.

 

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.