Un inspecteur de l’Education Nationale nous parle de son engagement #SESSE2020

Un inspecteur de l’Education Nationale nous parle de son engagement #SESSE2020
16 février 2020 L'ESPER

Dans le cadre de la Semaine de l’ESS à l’école nous avons posé 3 questions à Estève AUBOUËR, IA-IPR d’économie-gestion qui pilote l’enseignement de l’Economie Sociale et Solidaire dans l’Académie de Créteil. 

  • Selon vous, quels sont les enjeux de l’éducation à l’ESS, pour les jeunes ?

L’éducation à l’ESS s’inscrit dans une triple logique éducative. La première est d’offrir, par les programmes, des connaissances sur l’environnement socio-économique dans lequel les élèves évoluent, de sa diversité et de la nature protéiforme des organisations. La seconde est de travailler sur l’esprit critique des connaissances en soulignant la dimension sociétale autour des valeurs et principes qui peuvent animer l’activité humaine. La troisième est d’offrir aux élèves d’expérimenter ces valeurs par l’action ; comprendre la notion de coopération, s’enrichit en l’expérimentant pour en comprendre toute la complexité et la difficulté.

Le travail sur l’esprit critique repose sur une interrogation constante et sur l’observation de la diversité des modèles d’organisation. Le programme ESS permet d’expérimenter concrètement ces valeurs portées par la confrontation de ces dernières à la réalité des organisations humaines. Solidarité, coopération, doivent être vécues dans toutes ces dimensions. Pour les élèves, les valeurs portées sont facilement acceptables mais elles ne sont comprises que lorsqu’elles sont éprouvées par la réalité. Former des jeunes à l’ESS revêt donc des dimensions sociales et entrepreneuriales fortes qui sont compatibles l’une avec l’autre si elles sont intériorisées et analysées.

  • Quelles formes prendra votre engagement lors de la « Semaine de l’ESS à l’Ecole » de mars 2020 ?

Ce sont les équipes enseignantes et les élèves qui portent les projets et font vivre l’ESS dans les établissements. Ces manifestations sont un moment où tout le travail de recherche, de compréhension et de production (écrite et orale) trouve une forme d’aboutissement pour les élèves. Cela constitue un moment d’analyse et de verbalisation des travaux réalisés au travers de la diffusion et des échanges. Ce travail mobilise de nombreuses compétences de réflexion, d’action, de verbalisation, de formalisation qui sont exercées et renforcées lors de ces actions réalisées pendant la semaine de l’ESS. Cet aboutissement concoure largement au processus de consolidation des connaissances et compétences nécessaires au développement personnel de chacun des acteurs et sert d’expérience et de points de repères dans la construction de compétences nouvelles.

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.